Tailler le diamant : les différentes phases

La fin du XVIIème siècle est caractérisée par la création de diamants dont les facettes respectent une certaine symétrie qui fait briller la pierre fabuleusement bien. Le diamantaire et mathématicien belge Marcel Tolkowsky a mis en évidence les proportions à respecter dans la taille du diamant pour optimiser la brillance et le feu de la pierre.

La transformation d’un minerai brut en un bijou unique passe par 5 étapes clés qui sont le clivage, le sciage, le débrutage, le facettage (la taille en croix) et le brillantage.

Le clivage      

Cette étape dans laquelle on creuse une entaille dans la pierre consiste à diviser la pierre en deux parties. Elle a pour but de donner au minerai une forme adaptée au sciage ou à la taille afin d’éliminer les défauts de cristallisation, les glaces, les inclusions et les piqués. La pierre se clive selon 4 directions distinctes.

Le sciage

Cette phase consiste à couper un diamant brut en 2 morceaux qui pourront ensuite être taillés ou débrutés, tout comme le clivage. La seule différence avec le clivage est que l'on conserve la pointe de la pierre. Cette méthode permet de partager un diamant en un plan de cristallisation non clivable et s’exerce grâce à des différentes machines de sciage.

Le débrutage

Cette opération préliminaire à la taille consiste à arrondir la ceinture du bijou avant qu’il ne soit taillé en facettes et permet de concevoir l’esquisse que le minerai aura une fois taillé.

L'utilisation d’une machine à débruter, à un seul ou à deux axes, est indispensable pour réaliser cette tache. Un diamant très dur et de faible qualité appelé « sherp », permet de polir et d’arrondir les arrêtes de la pierre qui s’arrondissent pour créer la forme conique de la pierre taillée.

Le facettage (la taille en croix)

Cette phase qui nécessite beaucoup de dextérité et d’expérience consiste à créer les facettes de la pierre. Un brillant est taillé par différentes personnes, dont le tailleur en croix, éventuellement par le tailleur en 8/8 et au final par le brillanteur.

La réalisation de facettes se fait à l’aide d’une facetteuse manuelle, mais l’ordinateur qui permet de visualiser sur un écran les différentes étapes est de plus en plus utilisé. L'ordinateur tient compte des inclusions et permet de déterminer les dimensions maximales à obtenir à partir du diamant brut.

Le brillantage

Ce procédé est réalisé sur le plateau du facettage, mais sur une zone différente. Il consiste à créer de la lumière qui brillera à travers le diamant, touchera les facettes et se réfléchira. Pour ce faire, le minerai est frotté sur un disque enduit d’un abrasif pour le polir complètement.

Author: Jérémie Politi

Blog