Secteur du diamant d'Anvers n°1 dans la lutte contre les diamants de la guerre

Le secteur du diamant d'Anvers reste le n°1 mondial dans la lutte contre les diamants du conflit. Cela a été prouvé à nouveau le mois dernier par la découverte d'une cargaison de diamants de la guerre provenant de la République centrafricaine. A Anvers, les diamants du sang sont systématiquement tenus à l'écart par les normes du processus de Kimberley, qui représente un partenariat entre les gouvernements, le secteur du diamant et les ONG. Cela fait d’Anvers la ville du diamant la plus éthique du monde.

Le processus de Kimberly donne ses fruits

Le secteur du diamant d’Anvers, représenté par le Antwerp World Diamond Centre (AWDC), coordonne et contrôle tout ce qui concerne l’entrée et la sortie de diamants. En faisant cela, il donne son plein appui au processus de Kimberley, un mécanisme de contrôle international extrêmement strict pour la vente de diamants bruts. Le Processus de Kimberley (PK) a été fondé en 2000 dans la ville sud-africaine de Kimberley. Le PK compte 51 participants qui représentent 77 pays avec une vue éthique sur le commerce du diamant.

Grâce à ce système de contrôle, les diamants de la guerre sont hautement interdits à la circulation dans le commerce international. Les diamants de la guerre sont des diamants utilisés par les rebelles armés pour financer la guerre et les conflits. En République centrafricaine, par exemple, a lieu un conflit armé depuis des années entre plusieurs milices locales, sur lesquelles le gouvernement a depuis longtemps perdu son emprise. Ces groupuscules se tournent vers la vente de diamants pour financer leur combat sanglant.

La ville du diamant d’Anvers, le point de jonction principal

Mais cela n’inclut pas Anvers, de loin le centre commercial le plus transparent et contrôlé pour les diamants au niveau mondial. Chaque envoi suspect est minutieusement contrôlé, réduisant les risques de fraude au strict maximum. Le secteur du diamant veut envoyer un fort signal en indiquant  que les diamants provenant des zones de conflit ne sont pas les bienvenus à Anvers.

Au moindre doute, les diamants seront largement inspectionnés par rapport aux caractéristiques des diamants provenant des zones de conflit. Anvers est un point de jonction très important dans la chaîne d’inspection, car 84% des diamants bruts et 50% des diamants taillés passent par cette ville.

Sur la base de cela, Anvers confirme son statut de numéro un international en mantière de diamants purs, tant par la qualité que par leur origine. Le secteur du diamant d'Anvers croit pleinement en une stratégie commerciale à long terme honnête pour les diamants provenant de zones sans conflit.

Author: Katrien Maes

Blog